Vous êtes ici:
Accueil » Biographies » Sénèque

La billetterie du théâtre sera fermée du 14 juillet au 21 août inclus. La réservation par internet reste ouverte !

Biographie Sénèque

Sénèque est né en 4 av J-C et mort en 65 après J-C et appartient au courant qu’on nomme le stoïcisme impérial.

Né à Cordoue dans une riche famille de propriétaire foncier, Sénèque fait tout d’abord ses études à Rome où il se forme à la rhétorique et suit les cours de Sotion, un pythagoricien, puis de Attale, un stoïcien.

 

Sénèque commence, semble-t-il, par écrire des ouvrages d’histoire naturelle puis un traité sur la colère. Mêlé à une condamnation d’adultère (Valeria Messalina, le femme de l’Empereur Claude voulait se débarrasser de sa rivale, Julia Livilla, nièce de Claude, cette dernière fût accusée d’adultère et Sénèque désigné comme son complice) il est exilé en Corse jusqu’en 49. Durant cette période, il est possible qu’il ait commencé certaines de ses tragédies.

Lorsqu’il est rappelé à Rome en 50, Agrippine qui a fait condamner à mort Valeria Messalina, et qui a désormais les faveurs de Claude, obtient pour lui la préture. C’est l’année où Claude adopte le futur Néron et Agrippine souhaite favoriser Néron face à Britannicus, le fils de Claude. C’est dans ce but que Sénèque est nommé précepteur du jeune Néron.

 

C’est à cette période que Sénèque écrit ses dialogues : Sur la brièveté de la vie et Sur la tranquillité de l’âme. En 54, Agrippine fait assassiner Claude, elle souhaite ainsi que Néron puisse définitivement prendre la place de Britannicus. Sénèque est alors chargé de développer la popularité de Néron auprès du peuple. Néron n’a alors que 17 ans lorsqu’il devient empereur. Sénèque et le préfet Burrus sont chargés de gérer les affaires politiques.

 

Peu à peu, Sénèque va voir sa fortune se développer pour devenir une des personnes les plus riches de l’Empire, mais des critiques s’élèvent ainsi contre celui qui, dans ses écrits, rejette la richesse, l’ambition et les honneurs. Accusé par Suillius Rufus, il lui fait un procès et ce dernier est condamné à l’exil. On retrouvera dans Sur la vie heureuse les arguments du débat avec Suillius. Entrant en conflit avec Agrippine, Néron tente de la tuer en maquillant son crime, mais celui-ci échoue. De peur d’une vengeance, il convoque ses conseillers Sénèque et Burrus. Craignant une guerre civile, Sénèque recommande à Néron de tuer Agrippine. Cette dernière meurt et Néron développe alors un pouvoir absolu enchaînant les assassinats politiques.

 

Sénèque, en rupture avec cette conception du pouvoir, demande à Néron de l’autoriser à se retirer. Celui-ci refuse conscient de l’influence de Sénèque parmi les sénateurs. Sénèque n’aura de cesse de tenter de s’éloigner du pouvoir sans offenser le monarque. C’est durant cette période que son activité littéraire va se développer.

 

Face à la terreur, une conspiration menée par Pison, un noble, commence à voir le jour. La découvrant, Néron fait demander à Sénèque s’il est en liaison avec Pison. La réponse de Sénèque n’étant pas précise, Néron lui envoie l’ordre de se suicider. Sénèque exécute l’ordre et boit la ciguë. Le poison ne fait pas son effet. Il demande alors qu’on lui ouvre les veines mais le sang ne coule pas suffisamment. Il se fait alors porter dans une étuve très chaude qui provoque un arrêt cardiaque.

 

Sénèque aurait composé 9 tragédies, inspirées de légendes grecques : Agamemnon, Hercule furieux, Hercule sur l’Oeta, Médée, Oedipe, Phèdre, Les Phéniciennes, Thyeste, Les Troyennes.