Vous êtes ici:
Accueil » Biographies » Marcial Di Fonzo Bo

Biographie Marcial Di Fonzo Bo

Né à Buenos Aires en Argentine, Marcial Di Fonzo Bo s’installe définitivement à Paris en 1987.

 

En 1993, il joue Paroles du Sage puis La Terrible voix de Satan de Grégory Motton sous la direction de Claude Régy. En 1995, il interprète Richard III de Shakespeare sous la direction de Matthias Langhoff, qui lui vaut la Premi d’interpretacio de ka critica teatral de Barcelona et le Prix de la révélation du Syndicat de la Critique Théâtrale en France. C’est encore avec Matthias Langhoff qu’il joue : Ile du Salut – Rapport 55 sur la colonie pénitentiaire de Franz Kafka au Théâtre de la Ville (1997) – et L’Inspecteur Général de Gogol au Théâtre National de Bretagne (1999). Grand prix du Syndicat National de la Critique.

 

Marcial Di Fonzo Bo joue sous la direction de François Wastiaux I Parapazzi , de Bérangère Bonvoisin Le Poisson des grands fonds/M. Fleisser au Théâtre de la Colline (1999), de Olivier Py L’Apocalypse Joyeuse au Festival d’Avignon (2000), de Jean-Baptiste Sastre Tamerlan Le Grand/C. Marlowe au Théâtre National de Chaillot (2001); de François Berreur Prometeo/Rodrigo Garcia au Festival d’Avignon (2002) ; de Matthias Langhoff Borges/Rodrigo Garcia, création à Bonlieu-Scène Nationale d’Annecy (2002) et de Pierre Maillet Les Ordures, la ville et la mort/Fassbinder auThéâtre de la Bastille (2003).

 

Marcial Di Fonzo Bo met en scène Copi, un portrait à Barcelone, spectacle repris en français au Théâtre National de Bretagne, au Théâtre de la Ville, puis en tournée, en Amérique du Sud en particulier (1999/2000).

En 2001, il met en scène Eva Peron de Copi, à Santiago du Chili Tournée en France, en Espagne et en Amérique du Sud (2001/2002).

 

En 2002 l’Excès l’Usine de Leslie Kaplan avec l’Orchestre National de Bretagne au Théâtre National de Bretagne de Rennes.

Au cinéma, Marcial Di Fonzo Bo a tourné dans Disparus de Gilles Bourdos (Festival de Cannes, 1998), L’homme que j’aime de Stéphane Giusti, Peau Neuve de Emilie Deleuze Prix d’interprétation Michel Simon, Tout va bien on s’en va de Claude Mourieras, Elle est des nôtres de S. Alnoy, Le rôle de sa vie de F. Favrat.