Vous êtes ici:
Accueil » Biographies » John Ford

Biographie John Ford

On sait peu de choses de la vie de John Ford, le plus grand auteur tragique anglais du règne de Charles Ier. On est en revanche à peu près sûr qu’il fut admis en 1602 au Middle Temple pour y faire des études de droit. Dès les années 1620, son nom est associé, en collaboration, avec les plus grands auteurs de l’époque (Dekker, Middleton, Rowley, Webster, Fletcher…) auprès desquels il apprend son métier de dramaturge.

 

À l’articulation des années 1620-1630, son nom commence à apparaître seul à la tête de certaines pièces: La Mélancolie de l’amant, qui doit beaucoup à la théorie des humeurs et au Hamlet de Shakespeare, Le Sacrifice de l’amour, Le Cœur brisé

 

Dommage qu’elle soit une putain est la tragédie de John Ford la plus connue notamment grâce à l’adaptation de Maeterlinck sous le titre Annabella et à l’éloge qu’en fit Antonin Artaud. Luchino Visconti la révéla au public parisien en 1961 dans l’interprétation de Romy Schneider et Alain Delon.

 

Cette tragédie est considérée comme son chef-d’œuvre. Elle met en lumière le conflit des passions que le poète peint tout d’abord dans leur triomphe incontrôlé et farouche puis dans leur forme plus raffinée, et enfin, dans leur exaspération dernière au sein du climat complexe de la Renaissance.

 

Stuart Seide a introduit dans le texte de John Ford les extraits des recueils de poésie suivants : Poèmes et sonnets de John Donne (1572-1631), Sonnets de Robert Herrick (1591-1674) et des extraits de l’œuvre de Thomas Campion (1567-1620). On reconnaîtra aussi un passage d’Hamlet de Shakespeare.