Vous êtes ici:
Accueil » Biographies » Jean-Pierre Vincent

La billetterie du théâtre sera fermée du 14 juillet au 21 août inclus. La réservation par internet reste ouverte !

Biographie Jean-Pierre Vincent

Jean-Pierre Vincent

En 1959, Jean-Pierre Vincent fait ses débuts comme comédien dans le groupe théâtral du lycée Louis-Le-Grand à Paris, avec Jérôme Deschamps et Patrice Chéreau. Il y fait ses premiers essais de mise en scène et participe comme acteur et collaborateur aux premiers spectacles de Patrice Chéreau, avant de s’installer avec lui au Théâtre de Sartrouville jusqu’en 1968, date à laquelle il crée avec Jean Jourdheuil la compagnie Vincent-Jourdheuil, Théâtre de l’Espérance. Après le succès de La Noce chez les petits-bourgeois de Brecht, ils créeront une dizaine de spectacles mémorables avant de se lancer dans l’expérience du Tex Pop (Théâtre Expérimental Populaire) dans les locaux du Palace à Paris.

 

En 1975, la compagnie se dissout et Jean-Pierre Vincent est nommé directeur du Théâtre national de Strasbourg, aventure collective avec une bande d’acteurs, d’auteurs, de dramaturges, de metteurs en scène associés.

 

En 1983, Jean-Pierre Vincent devient administrateur de la Comédie-Française qu’il quitte en 1986 pour redevenir metteur en scène indépendant et professeur au Conservatoire national supérieur d’Art dramatique.

 

La période strasbourgeoise sera marquée par la création, entre autres, de Germinal, Vichy fictions, Le Misanthrope, Le Palais de justice, la période de la Comédie-Française par l’entrée au répertoire de Jean Audureau, de Jean Genet et par la venue en France de Klaus Michael Grüber et de Luca Ronconi.

 

En 1990, Jean-Pierre Vincent prend la direction du Centre Dramatique National de Nanterre (Théâtre des Amandiers) où il alterne les créations contemporaines et le répertoire classique jusqu’en 2001 où, une fois encore, il redevient metteur en scène indépendant et recrée une compagnie « le Studio Libre » et met en scène, entre autres, Le Silence des Communistes en 2008 au Théâtre des Amandiers.

 

Jean-Pierre Vincent marquera sa présence au Festival d’Avignon en participant à la naissance de “Théâtre Ouvert” en réalisant la mise en espace du Camp du drap d’or de Rezvani. Il y mettra en scène Dans la jungle des villes de Brecht en 1972, En r’venant d’l’expo de Jean-Claude Grumberg en 1973, Peines d’amour perdues de Shakespeare en 1980, Dernières Nouvelles de la peste de B. Chartreux dans la Cour d’honneur en 1983, La Tragédie de Macbeth de Shakespeare dans la Cour d’honneur en 1985, Œdipe à Colone et Œdipe tyran de Sophocle en 1989, Les Fourberies de Scapin de Molière dans la Cour d’honneur en 1990, Lorenzaccio de Musset dans la Cour d’honneur en 2000 et Le Fou et sa femme ce soir dans Pancomedia de B. Strauss en 2002.