Vous êtes ici:
Accueil » Biographies » Georges Feydeau

La billetterie du théâtre sera fermée du 14 juillet au 21 août inclus. La réservation par internet reste ouverte !

Biographie Georges Feydeau

Georges Feydeau

Georges Feydeau (1862-1921) est l’auteur dramatique qui, s’emparant du vaudeville là où l’avait laissé Labiche, porte le genre vers une sorte de perfection.

 

Il est le fils de Léocadie Bogaslawa Zelewska et de l’écrivain Ernest Feydeau. Très jeune, Georges Feydeau néglige ses études pour se consacrer au théâtre. Dès l’adolescence, il commence à écrire des pièces en un acte et des monologues qu’il interprète lui-même ou qu’il fait jouer par des acteurs célèbres dans les salons littéraires parisiens. Georges Feydeau est très prolixe.

 

Sa première pièce, Par la fenêtre, est jouée pour la première fois en 1882, alors qu’il a 19 ans. Et c’est Tailleur pour dames, qui est fort bien accueillie en 1886 au Théâtre de la Renaissance, qui lui vaut les encouragements de Labiche. Si les années qui suivent s’avèrent difficiles, la consécration vient en 1892 avec les pièces Monsieur chasse, LeDindon, La Dame de chez Maxim, La Puce à l’oreille, Occupe-toi d’Amélie, Champignol malgré lui et Le Système Ribadier. Feydeau renouvelle le genre du vaudeville par une étude plus approfondie des personnages. Il se moque notamment de la médiocrité des existences bourgeoises, qu’il tourne en ridicule. Le rythme de travail de Feydeau est toujours très soutenu : il écrit plusieurs pièces par an et les met lui-même en scène dans les théâtres des Grands Boulevards, quartier qu’il écume en noctambule effréné, de cafés en restaurants, après le théâtre, observant avidement tout et tous, trouvant là ce qui l’inspire.

 

Georges Feydeau compose ensuite des comédies La main passe en 1907 et des pièces en un acte Feu la mère de Madame en 1908, On purge bébé en 1910, Léonie est en avance et Mais n’te promène donc pas toute nue! en 1911, Hortense a dit J’m’en fous! en 1916.

La veine semble alors se tarir, et Feydeau cesse d’écrire en 1916.

 

Georges Feydeau achève son existence à l’âge de 58 ans, après avoir été interné deux ans dans une maison de santé à Rueil-Malmaison pour troubles psychiques dus à la syphilis. Il est enterré le 8 juin 1921 au cimetière Montmartre. C’est Robert de Flers, président de la Société des auteurs, qui fait son éloge funèbre.

Georges Feydeau, auteur

  • 1878-1880 : L’Amour doit se taire, drame en un acte
  • 1880 : La Petite révoltée, monologue en vers
  • 1881 : Un Coup de tête, monologue en vers
  • 1881 : Un Monsieur qui n’aime pas les monologues, monologue
  • 1881 : Le Mouchoir, monologue en vers
  • 1882 : J’ai mal aux dents, monologue en vers
  • 1882 : Par la fenêtre, comédie en un acte
  • 1882 : Trop vieux, monologue en vers
  • 1883 : Amour et piano, comédie en un acte
  • 1883 : Gibier de potence, comédie-bouffe en un acte
  • 1883 : Aux Antipodes, monologue provenço-comique
  • 1883 : Patte en l’air, monologue en vers
  • 1883 : Le Petit ménage, monologue en vers
  • 1883 : Le Potache, monologue comique
  • 1884 : Le Billet de mille, monologue en vers
  • 1884 : Les Célèbres, monologue comique
  • 1884 : Le Colis, monologue en vers
  • 1884 : Les Réformes, monologue comique
  • 1884 : Le Volontaire, monologue comique en vers
  • 1886 : Fiancés en herbe, comédie enfantine en un acte
  • 1886 : Tailleur pour dames, comédie en trois actes
  • 1886 : L’homme économe, monologue comique
  • 1886 : L’Homme intègre, monologue comique
  • 1887 : La Lycéenne, vaudeville-opérette en trois actes
  • 1887 : Les Enfants, monologue en vers
  • 1887 : A qui ma femme ?, comédie en trois actes
  • 1888 : Un Bain de ménage, comédie en un acte
  • 1888 : Chat en poche, vaudeville en trois actes
  • 1888 : Les Fiancés de Loches, vaudeville en trois actes
  • 1889 : L’Affaire Edouard, comédie-vaudeville en trois actes
  • 1890 : C’est une femme du monde, comédie en un acte
  • 1890 : Le Mariage de Barillon, vaudeville en trois actes
  • 1890 : Mademoiselle Nounou, opérette en un acte
  • 1890 : Tout à Brown-Séquard, monologue fantaisiste
  • 1891 : Madame Sganarelle, monologue
  • 1892 : Monsieur chasse !, comédie en trois actes
  • 1892 : Champignol malgré lui, pièce en trois actes
  • 1892 : Le Système Ribadier, comédie en trois actes
  • 1894 : Un Fil à la patte, comédie en trois actes
  • 1894 : Notre futur, pièce en un acte
  • 1894 : Le Ruban, comédie en trois actes
  • 1894 : L’Hôtel du Libre-Echange, pièce en trois actes
  • 1896 : Le Dindon, pièce en trois actes
  • 1896 : Les Pavés de l’ours, comédie en un acte
  • 1897 : Séance de nuit, comédie en un acte
  • 1897 : Dormez, je le veux !, vaudeville en un acte
  • 1898 : La Bulle d’amour, ballet en dix tableaux
  • 1898 : Le Juré, monologue
  • 1899 : La Dame de chez Maxim, pièce en trois actes
  • 1899 : Un Monsieur qui est condamné à mort, monologue
  • 1902 : Le Billet de Joséphine, pièce en trois actes, mêlés d’airs
  • 1902 : La Duchesse des Folies-Bergère, pièce en cinq actes
  • 1904 : La Main passe, pièce en quatre actes
  • 1905 : L’Age d’or, comédie musicale en trois actes et neuf tableaux
  • 1906 : Le Bourgeon, comédie en trois actes
  • 1907 : La Puce à l’oreille, pièce en trois actes
  • 1908 : Occupe-toi d’Amélie, pièce en trois actes et quatre tableaux
  • 1908 : Feu la mère de Madame, pièce en un acte
  • 1909 : Le Circuit, comédie en trois actes et quatre tableaux
  • 1910 : On Purge bébé, pièce en un acte
  • 1910 : Cent millions qui tombent, pièce en trois actes (inachevée)
  • 1911 : Mais n’te promène donc pas toute nue, comédie en un acte
  • 1911 : Léonie est en avance, ou le mal joli, pièce en un acte
  • 1913 : On va faire la cocotte, pièce en deux actes (inachevée)
  • 1914 : Je ne trompe pas mon mari, comédie en trois actes
  • 1916 : Hortense a dit : “J’m’en fous !”, pièce en un acte
  • 1916 : Complainte du pauv’propriétaire, monologue en vers