Vous êtes ici:
Accueil » Biographies » Dieudonné Niangouna

Brochure 17-18 en ligne ! Venez faire la fête le samedi 17 juin…

Biographie Dieudonné Niangouna

Dieudonne  Niangouna

Né en 1976, à Brazzaville (République du Congo), Dieudonné Niangouna est comédien, auteur, metteur en scène. Rien ne décrit mieux l’écriture de Dieudonné Niangouna que le nom de la compagnie : Les Bruits de la Rue. Son oeuvre littéraire se nourrit en effet de la rue, reposant sur un langage explosif et dévastateur, à l’image de la réalité congolaise.

 

À ses compatriotes, comme à tous les spectateurs qu’il rencontre bien au-delà des frontières du Congo-Brazzaville, il propose un théâtre de l’urgence, inspiré d’un pays ravagé par des années de guerre civile et par les séquelles de la colonisation française. Un théâtre de l’immédiateté, dans une société où il faut résister pour survivre quand on est auteur et comédien. Un théâtre protéiforme qui fait appel à la langue française la plus classique comme à une langue populaire et poétique, nourrie de celle du grand écrivain congolais Sony Labou Tansi. Conscient de la triple nécessité pour le langage théâtral d’être à la fois écrit, dit et entendu, Dieudonné Niangouna se sert d’images et de formules empruntées à sa langue maternelle et orale, le lari, pour inventer un français enrichi et généreux, « une langue vivante pour les vivants ».

 

Formé par Massengo mâ Mbongolo, Dieudonné Niangouna commence le théâtre dans les années 90 avec les compagnies de Brazzaville : Cie Kongo dia Ntotéla, Cie Salaka, Cie Deso, et le Théâtre d’Art africain.

En 1997, Dieudonné Niangouna est reçu à l’école des Beaux Arts Paul Kamba de Brazzaville en section Arts Plastiques.

 

Dieudonné Niangouna participe aux stages et ateliers animés par : Gaël Leborne et Zoë Heller (en 1994), Bernard Sallé (1995), Jean Paul Delore (1996), Éric Mampouya (1996), Matondo Kubu Turé (1997) Nicolas Bissi (1998), Mwanbaye Kalenguaye et Laurent Dilandwa (de la RDC, 2000), Vincent Mwamba Chaka (de la Centrafrique, 2000), Jacques Livchine et Hervé Delafont (2001), Hami Hattab (2001).

Auteur et metteur en scène

En 1997, Dieudonné Niangouna crée, avec son frère Criss Niangouna, et dirige la compagnie Les Bruits de la Rue avec laquelle il crée :

  • Le Socle des Vertiges, Festival International des Francophonies, 2011
  • Les Inepties Volantes, Festival d’Avignon 2009
  • Attitude Clando, Festival d’Avignon 2007
  • Banc de touche, 2006
  • Intérieur-Extérieur, version sur la route, 2003
  • Carré Blanc, 2001
  • Big! Boum! Bah!, d’après Nouvelle Terre de Weré-Weré Liking, 2000
  • Bye ! Bye !, 1997

En 2005 Dieudonné Niangouna a fait partie des quatre auteurs de théâtre d’Afrique présentés en lecture à la Comédie Française, au Vieux Colombier.

 

En 2005 toujours, le photographe Nabil Boutros lui consacre un portrait au sein de son exposition « Portraits latents » auprès de trois autres auteurs africains : Koffi Kwahulé, Koulsy Lamko, et Marcel Zang.

 

Avant la création de la compagnie Les Bruits de la Rue, il avait écrit et mis en scène La Colère d’Afrique, Cie Nzo Bâ Ndocki, 1994

Metteur en scène

  • Le Coeur des enfants léopards de Wilfried Nsondé, 2008
  • Dans la solitude des champs de coton, de Bernard Marie Koltes, 2004
  • Les Larmes des cercueils de Abdon Fortuné Koumba, Cie Tuné, 2003

Comédien

  • La dernière interview, dialogue imaginaire entre Dieudonné Niangouna et Jean Genet, concu et mis en scène par Catherine Boskowitz, Cie abc, 2010
  • Mélodie 6, textes de Natacha de Pantchara, Sony Labou Tansi, Eugène Durif et Jean-Yves Picq, mise en scène par Jean-Paul Delore, Le lézard dramatique de Lyon, 2003
  • L’Europe inculpée, d’Antoine Letembet Ambily, mise en scène par Arthur Vé Batouméni, Cie Salaka, 2002
  • Les Marionnettes, texte et mise en scène de Mwanbaye Kelenguaye et Laurent Dilandwa, Cie tam-tam théâtre de la RDC, 2000
  • La fable du cloître des cimetières, de Caya Makhélé, mise en scène par Jean-Louis Ouakabaka, Cie Mbongui Théâtre, 2000
  • La Malaventure, de Kossi Effoui, mise en scène par Célestin Causet, 1997
  • Le Premier, d’Israël Horowitz, mise en scène par Felhyt Kimbirima, Cie Deso, 1997
  • Le Révizor, de Nicolas Gogol, mise en scène par Bernard Sallé, Cie Rideau de Liane, 1996
  • Le Soleil des Tropiques, de Alioun Fantouré, mise en scène par Nganga Poison, 1996
  • De la chaire au trône, de Amadou Koné, mise en scène collective, Cie les boadas, 1995
  • La Liberté des autres, de Caya Makhélé, mise en scène par Charles Baloukou, Cie théâtre d’art africain, 1995
  • L’exception est la règle, de Bertolt Brecht, mise en scène par Paul Milongo, Cie théâtre d’art africain, 1995
  • L’appel du Ténéré, de Kamb’Ikoungou, mise en scène de Massengo mâ Mbongolo, Cie Kongo dia Ntot la, 1994

Le festival Mantsina sur Scène

En 2003, avec les metteurs en scène Abdon Fortuné Koumbha, Arthur Vé Batoumeni et Felhyt Kimbirima, accompagné du scénographe-comédien Ludovic Loupé, il crée l’association Noé-Culture et met en place un festival de théâtre et des écritures contemporaines dénommé Festival Mantsina sur Scène dont il assure la direction artistique.

 

La 7ème édition du festival Mantsina sur Scène aura lieu du 8 au 22 décembre 2011.

Éditions

  • Le Socle des Vertiges, Les Solitaires Intempestifs (France, septembre 2011)
  • Attitude Clando suivie de Les Inepties volantes, Les Solitaires Intempestifs (France, septembre 2010)
  • Souvenir des années de guerre (compilation des textes : L’âge des maîtres impolis, L’amant de la tempête, La mort vient chercher chaussure, Carré Blanc, Les murs sont gris, Patati Patatra et des tralalas, Couvre-Gueule, Les bagarreurs de la première minute, Et le général a dit je vous emmerde, Les Inepties Volantes), éditions Carnets-Livres (France, 2009)
  • Trace (compilation des textes: Intérieur-Extérieur, Attitude Clando, Je vous aime la bête, Sortie Filet, Le Grand Ecart, Couvre Gueule, Banc de Touche, My Name Is, Je nique je nique je nique), éditions Carnets-Livres (France, 2007)
  • Attitude Clando et My name is, in Nouvelles dramaturgies Africaine, éditions CulturesFrance (France, 2007)
  • Dors Antigone, in Nous sommes d’ici, éditions Ndzé (France, 2007)
  • Banc de Touche, éditions Corsare (Italie, 2006)
  • Carré Blanc, Patati Patatra et des tralalas, Attitude Clando, éditions Corsare (Italie, 2005)
  • Carré Blanc suivi de Pisser n’est pas jouer, éditions Interlignes (Cameroun, 2005)
  • Capitaine 10, éditions Sopecam (Cameroun, 2004)

Textes montés ou repris par d’autres metteurs en scène

  • Je me nomme des fois, par Véronique Vellard, Cie Anoppée théâtre-Paris, 2008
  • Co-écriture d’Afrique transit 2114 avec Hubert Colas et Boubacar Boris Diop, par Moïse Touré et Jean Pierre Golotta, Cie les inachevés-Grenoble, 2006
  • Un grand Silence Prochain, textes de Sony Labou Tansi et Dieudonné Niangouna, mise en scène par Jean-Paul Delore, 2006
  • La mort vient chercher chaussures, par Martin Ambara, spectacle créé dans le cadre d’Ecritures d’Afrique, au Théâtre du Vieux Colombier à Paris, 2005
  • Je vous aime la bête, par Arthur Vé Batoumeni, Cie Salaka, 2005
  • Pisser n’est pas jouer, par Mélanie Tchamarc, Cameroun, 2005
  • J’ai rêvé d’un opéra des quat’sous, mélange de textes de Bertolt Brecht et de Dieudonné Niangouna mis en scène par Eva Doumbia, Cie la Part du pauvre – Marseille, 2004
  • Dors Antigone, mis en scène par Véronique Véllard, Cie Anoppée Théâtre – Paris, 2004
  • Balle à terre, mis en scène par Gianni Gregory Formet, le théâtre des folles pensées – Roland Fichet – Saint Brieuc France, 2004
  • Affaires étrangères, textes d’Eugène Durif, Jean-Paul Delore, Dieudonné Niangouna, mise en scène par Jean-Paul Delore, le lézard dramatique, 2003
  • Patati patatra et des tralalas, de Dieudonné Niangouna, mise en scène par Sophie Lecarpentier, co-production Cie Eulalie et Cie Les Bruits de la Rue, 2002