Vous êtes ici:
Accueil » Biographies » Brian Ferneyhough

La billetterie du théâtre sera exceptionnellement fermée les samedis 8 et 15 avril 2017. La réservation par internet reste ouverte !

Biographie Brian Ferneyhough

Brian Ferneyhough

Brian Ferneyhough est né à Coventry (Angleterre) en 1943. Il reçoit une première formation musicale dans un contexte populaire et folklorisant. Il joue dans les orchestres de fanfares ou brass bands avant de s’orienter vers la composition. Il obtient les diplômes d’exécutant et d’enseignant à l’Ecole de musique de Birmingham (1961‑1963), et poursuit des études de composition et de direction d’orchestre à la Royal Academy of Music de Londres (1966‑1967). Après avoir étudié auprès du compositeur Lennox Berkeley, Brian Ferneyhough quitte la Grande-Bretagne en 1968. La musique de Ferneyhough connaît une audience de plus en plus large dès que le compositeur s’installe sur le continent. En 1968, il est lauréat du concours Gaudeamus, avec son oeuvre Sonatas pour quatuor à cordes et ce succès se réitère en 1969 et en 1970, avec Epicycle et Missa Brevis. La section italienne de la SIMC récompense Firecycle Beta en 1972 et, deux ans plus tard, lui accorde le Prix spécial du jury pour Time and Motion Study III considérée comme la meilleure oeuvre, toutes catégories confondues. Ferneyhough reçoit également la bourse de la Fondation Heinrich Strobel, attribuée par la radio allemande Südwestfunk, une récompense du Deutscher Akademischer Austauschdienst (DAAD) en 1976‑1977, le prix Koussevitsky pour Transit qui est jugée meilleure oeuvre contemporaine enregistrée en 1978, et il est fait, en 1984, chevalier de l’Ordre des arts et des lettres.

 

Après un bref stage auprès du compositeur Ton de Leeuw à Amsterdam, Brian Ferneyhough s’installe à Bâle pour y travailler avec Klaus Huber (1969‑1971), dont il devient l’assistant comme professeur de composition à la Musikhochschule de Freibourg, Allemagne. Il enseigne la composition à Freibourg de 1973 à 1986, ainsi qu’à Darmstadt (cours d’été depuis 1976) et à la Civica scuola di musica Milan (à partir de 1984). Après avoir été, en 1986‑1987, le principal professeur de composition du Conservatoire royal de La Haye (Pays-Bas), il assume, à partir de 1987, les fonctions de professeur de musique à l’université de Californie, San Diego. Depuis janvier 2000, il est titulaire de la chaire William H. Bonsall pour la musique de l’Université de Californie à Stanford.

 

Depuis septembre 1990, il dirige la session de composition « Voix Nouvelles » à l’abbaye de Royaumont. A partir de janvier 1993, il est invité en résidence à I’Ircam pour y enseigner la composition pendant trois mois, et également pour y mener des projets compositionnels. Brian Ferneyhough est considéré aujourd’hui dans le monde comme l’un des plus éminents pédagogues pour la composition.

 

La musique de Brian Ferneyhough, extrêmement complexe, est la concrétisation de raisonnements intellectuels qui trouvent leur fondement dans la pensée sérielle des années 1950‑1960 et la bousculent pour construire un matériau à haute densité, base d’une expressivité radicale. En poussant à son paroxysme le rôle de l’écriture, il parvient à transcender, par un jeu de relations antagonistes, les attitudes de l’interprète en lutte avec le texte. Par ce procédé de sublimation, Ferneyhough s’est imposé comme l’un des compositeurs fondamentaux de la fin du XXe siècle. La musique de Ferneyhough a été jouée partout dans le monde et fait l’objet d’une programmation régulière dans tous les grands festivals de musique contemporaine comme Bruxelles, Darmstadt, Donaueschingen, Helsinki, Hollande, Huddersfield, La Rochelle, Londres, Metz, Milan, Middelburg, Paris, Royan, Strasbourg, Venise et Varsovie.

Brian Ferneyhough au Festival d’Automne

  • 1990 : Quatuor n° 2, Adagissimo, Quatuor n° 4 avec voix, Transit (Auditorium du Châtelet)
  • 1990 : Sonatas, La Chute d’lcare, Quatuor n° 3, Sieben Sterne (Auditorium du Châtelet – Eglise St-Eustache)
  • 1994 : Bone Alphabet, On Stellar Magnitudes (Opéra Bastille / Amphithéâtre)
  • 1996 : Carceri d’Invenzione, Trio à cordes (Cité de la musique)