Vous êtes ici:
Accueil » Biographies » Bernard-Marie Koltès

Biographie Bernard-Marie Koltès

Bernard-Marie Koltès

Bernard-Marie Koltès né le 9 avril 1984 à Metz, La belle province dira Koltès.

 

Durant la guerre d’Algérie, en 1958, Bernard-Marie Koltès est élève pensionnaire à l’école Saint-Clément de Metz. « Mon collège était en plein au milieu du quartier arabe. Comme à l’époque on faisait sauter les cafés arabes, le quartier était fliqué jusqu’à l’os. »

Premier séjour à New York en 1968. « J’ai voyagé… Tout ce que j’ai accumulé c’est entre 18 et 25 ans ».

 

À 20 ans, il fuit sa ville natale, et l’ennui, pour Strasbourg. Là, il assiste à une représentation de Médée de Sénèque mis en scène par Jorge Lavelli avec Maria Casarès. « Un coup de foudre! Avec Casarès… S’il y avait pas eu ça, j’aurais jamais fait de théâtre ».

 

Bernard-Marie Koltès écrit et monte ses premières pièces entre 1970 et 1973 : Les Amertumes (d’après Enfance de Gorki), La Marche (d’après Le Cantique des cantiques), Procès Ivre (d’après Crime et châtiment de Dostoïevski), ainsi que L’Héritage et Récits morts.

Parallèlement, il fonde sa troupe de théâtre (le Théâtre du Quai) et devient étudiant à l’école du Théâtre national de Strasbourg que dirige Hubert Gignoux.

 

II commence le roman La Fuite à cheval très loin dans la ville en 1974, métaphore pour évoquer la drogue comme fuite. Tentative de suicide en 75, drogue, désintoxication… Koltès s’installe à Paris en 1977.

Création à Lyon de Sallinger dans une mise en scène de Bruno Boëglin. Création de La Nuit juste avant les forêts au festival d’Avignon (off) dans une mise en scène de l’auteur, avec Yves Ferry. Moment charnière, reniement de ses textes précédents. « Les anciennes pièces, je ne les aime plus, je n’ai plus envie de les voir monter. »

Voyage en Amérique latine en 1978, puis au Nigéria et l’année suivante au Mali et en Côte d’Ivoire.

 

Rencontre le metteur en scène Patrice Chéreau en 1979 dont il a admiré La Dispute. Il souhaite que celui-ci monte ses pièces. À partir de 1983, Chéreau créera au Théâtre des Amandiers la plupart des textes de Koltès dont Combat de nègre et de chiens avec Michel Piccoli et Philippe Léotard. Quai Ouest suivra en 1986 (avec Maria Casarès, Jean-Marc Thibault, Jean-Paul Roussillon, Catherine Hiégel, Isaach De Bankolé…). Dans la solitude des champs de coton est créée en 1987, toujours par Patrice Chéreau.

Après avoir traduit le Conte d’hiver de Shakespeare, Koltès écrit Le Retour au désert en 1988, pièce créée aussitôt par Patrice Chéreau au théâtre du Rond-Point à Paris (avec Jacqueline Maillan et Michel Piccoli). Succès considérable, Koltès achève Roberto Zucco.

 

Au retour d’un dernier voyage au Mexique et au Guatemala, Bernard-Marie Koltès rentre à l’hôpital Laennec (5 avril 1989). Il meurt à Paris dix jours plus tard des suites du sida (15 avril 1989).

À quarante et un ans Bernard-Marie Koltès est enterré au cimetière Montmartre. « On meurt et on vit seul. C’est une banalité… Je trouve que la vie est une petite chose minuscule… C’est la chose la plus futile ! »