Vous êtes ici:
Accueil » Actualités » Ateliers théâtre pour les 12-17 ans par Elodie Chanut

Ateliers théâtre pour les 12-17 ans par Elodie Chanut

Atelier theatre jeune

Photo DR

Si d’aventures vous vous promeniez dans les coulisses du Théâtre Nanterre-Amandiers un mercredi après-midi, vous pourriez alors entendre de drôles de bruits retentir depuis l’Aquarium – une salle de répétition ainsi nommée. Vocalises, répliques de Molière ou grands éclats de rire, de 16 à 18h, nul ne peut passer devant les portes de cette salle sans se demander ce qui se trame derrière. Si la curiosité vous poussait à y jeter un oeil, alors vous vous retrouveriez nez à nez avec seize adolescents à l’énergie débordante, encadrés par Elodie Chanut, actrice et metteur en scène responsable des ateliers de pratique amateur pour adolescents.

 

C’est en 1998 qu’Elodie est montée pour la première fois sur les planches du Théâtre des Amandiers. Elle jouait alors dans le Tartuffe de Molière, mis en scène par Jean-Pierre Vincent. C’est d’ailleurs à la demande de l’ancien directeur des Amandiers qu’Elodie donnera ses premiers cours de pratique au sein du Théâtre. Ses ateliers, Elodie les imagine comme des « laboratoires ». Elle refuse l’idée même d’« enseigner » le théâtre, préférant au contraire instaurer un véritable dialogue avec les jeunes amateurs. En étant en contact avec les adolescents, Elodie a ainsi la sensation de rester en connexion constante avec ce qu’elle définit comme étant « ce qu’il se passe vraiment dans le monde d’aujourd’hui ».

 

Véritable laboratoire, son atelier propose aux adolescents d’effectuer un travail sur eux-mêmes via une recherche commune. Le dialogue avec l’autre, la découverte de l’autre, sont au centre des exercices. Elodie veut donner le temps aux jeunes de se retrouver dans le regard de l’autre, se redécouvrir grâce à l’expérience du groupe. L’atelier du mercredi est pensé comme une « bulle hors du temps », qui permet à chacun de se dépasser et de se connaître en s’extrayant de l’habitude compétitive du quotidien. Ne plus s’ériger dans une logique de classement mais assumer sa singularité et son individualité propre. Durant ces séances de travail, Elodie souhaite également transmettre aux jeunes comédiens amateurs « les bienfaits de l’erreur ». Leur offrir le temps de se poser, de se tromper et celui de comprendre comment et pourquoi ils se sont trompés.

 

Pour ainsi réaliser un véritable travail sur eux-mêmes, les jeunes amateurs se confrontent à différents types d’exercices. Elodie les fait travailler autour d’exercices d’improvisation – ce qu’elle définit comme « moyen d’éducation de l’instinct » – mais aussi sur des textes classiques et contemporains, refusant toute « scission » entre les deux. Si certains se révèlent grâce à la barrière de la langue, son cadre et sa rigueur, d’autres ont au contraire besoin de passer par l’improvisation pour ramener le texte à eux, pour mieux en saisir les enjeux. L’occasion une fois encore pour Elodie d’éprouver la diversité, la singularité du groupe et de ses membres.