Programme détaillé

VENDREDI 3 NOVEMBRE 2017

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE : SESSION CONSTITUANTE

19H À 21H

L’Assemblée générale s’ouvrira par un acte solennel : avec des déclarations et des discours sur l’aspect historique et la nécessité politique d’un parlement mondial. Pendant l’assemblée constituante, l’ensemble des députés élira la présidence qui sera composée d’un ou d’une présidente et de deux vice-président(e)s. Ceux-ci ouvriront, dirigeront et clôtureront les séances. Après avoir prêté serment, la présidence annoncera l’ordre des prochains jours. Pour sa première allocution publique, la présidence en appellera aux membres du parlement fédéral allemand et les invitera à se joindre à la nouvelle assemblée constituée du tiers état mondial.

 

SAMEDI 4 NOVEMBRE 2017

1/ SESSION PLÉNIÈRE: RELATIONS DIPLOMATIQUES, SANCTIONS ET GUERRES

10H À 13H

Depuis la création des Nations Unies et la ratification de la charte pour le maintien de la paix dans le monde, l’observation du droit public international et la protection des droits de l’homme sont contestées : est-il nécessaire d’intervenir militairement et à quel moment ? doit-on maintenir des relations diplomatiques avec des gouvernements autoritaires ou des régimes de terreur ? les livraisons d’armes dans les zones de guerre doivent-elle être autorisées ? à partir de quand se doit-on de porter une accusation contre d’autres pays ? Dans la „General Assembly“, ce sont les premiers concernés qui débattent et décident de ces questions : les victimes de guerre, les partisans de gouvernements à la diplomatie critiquée et leurs opposants, les victimes et les accusés de crimes contre l’humanité.

2/ SESSION PLÉNIÈRE : RÉGULATION DE L’éCONOMIE MONDIALE

13H30 À 16H30

Après 50 ans d’hégémonie néo-libérale et favorisée par d’innombrables accords de libre-échange, la circulation mondiale de marchandises, de services et de capitaux a produit un réseau dense et efficace à l’intérieur et au-delà des frontières des Etats-nations. Mais elle est aussi à l’origine de relations d’échanges insuffisamment régulées et d’une série de développements généraux problématiques : l’atteinte aux droits de l’homme par des entreprises multinationales sont rarement poursuivies, la consommation bon marché est rendue possible par l’exploitation et le landgrabbing, les tentatives de régulation du marché mondial vont de pair avec protectionnisme et corruption. Dans la „General Assembly“ les questions politiques relatives à ces problèmes seront débattues et tranchées par des paysan(anne)s des montagnes expulsés par des mesures de régulations occidentales, des entrepreneurs et entrepreneuses locaux et par des représentants de gouvernements défavorisés, des travailleurs (euses) textiles, des victimes de torture et de violence et d’autres encore.

3/ SESSION PLÉNIÈRE : MIGRATION ET RÉGIME DES FRONTIÈRES

17H À 20H

Alors que, pour les entreprises européennes, les frontières sont de plus en plus ouvertes, qu’ au niveau commercial international, les barrières pour les marchandises ou les dettes étatiques sont démantelées et que la libre circulation des personnes est censée permettre une parfaite distribution des forces de travail, les préoccupations sécuritaires contribuent à fortifier de nouvelles frontières. Quelles institutions sont responsables de la sécurité des personnes mobiles quand leur protection n’est plus assurée par l’Etat-nation ? Comment le principe de droit pour tous les êtres humains et le concept de „citoyen du monde“ qui en découle peuvent-ils être concrètement esquisser et enraciner ? Dans la „General Assembly“, ces questions sont débattues et résolues par des travailleurs immigrés, ce qu’on appelle des réfugiés économiques, des migrants privés de leurs droits et les protecteurs dépassés des frontières qu’ils traversent.

 

DIMANCHE 5 NOVEMBRE

4/ SESSION PLÉNIÈRE : CULTURAL GLOBAL COMMONS

10H À 13H

Les révolutions technologiques de ces vingt dernières années ont permis à de nombreux individus dans le monde entier d’accéder à des informations et à des biens culturels jusqu’ici réservés ou régionaux. Ces développements accentuent une série de conflits culturels transnationaux qui tournent autour de la contradiction qu’il y a à revendiquer des biens culturels universels, des valeurs culturelles, des traditions et des pratiques régionales ou universelles. Ainsi on impute souvent aux représentant(e)s des valeurs universelles des intérêts hégémoniques, quand ceux des traditions locales sont soupçonnés d’extrémisme. Dans la „General Assembly“ les jugements sur les principes culturels, les libertés et les politiques de devoir de mémoire sont portées par des destructeurs (trices) et curateur(trices) de biens culturels, des artistes, des représentants de religions provoquées, des descendants de colonisateurs et leurs archives ainsi que par les morts oubliés.

5/ SESSION PLÉNIÈRE: NATURAL GLOBAL COMMONS

13H30 À 16H45

Depuis des décennies, les expert(e)s se sont mis d’accord sur le fait que les développements démographiques et la consommation de masse étaient à l’origine de dynamiques écologiques incontrôlables aux conséquences destructrices pour de nombreux peuples et autres formes de vie. Cependant, les mesures nécessaires pour contrer cet effet entent en contradiction avec les intérêts des industries-nations et des pays émergents ainsi qu’avec les revendications légitimes à un développement économique du tiers monde. Dans la „General Assembly“, les conflits mondiaux autour des ressources naturelles, des droits à la vie et à l’intégrité physique seront réglés par les représentants des hommes, des animaux et des plantes dont les espaces vitaux actuels et futurs sont en voie de destruction.

SESSION DE CLÔTURE

17H À 19H

Pour clore la session, les observateurs (trices) politiques résument les revendications politiques fondamentales et les lignes directrices déterminées suite aux débats des députés lors des cinq sessions plénières. Ils proposent également une esquisse de la « Charte pour le 21ème siècle ».