En savoir plus

Toutes les conférences ont lieu dans la grande salle.

Le retrait des contremarques se fait au point billetterie, dans le hall du théâtre, le jour-même.

Multi-ontologies : une constellation de récits théoriques et sensibles au secours d’un monde en recomposition.

 

Dans ce nouvel âge de la Terre qui serait aussi celui des hommes, notre rapport au monde et aux êtres qui le peuplent se réinvente continuellement. Anthropologues, philosophes, historiens, scientifiques et artistes croisent leurs pratiques et mettent en commun leurs histoires afin de multiplier les points de vue sur la crise écologique et susciter d’autres manières d’être au monde.

Programme des conférences

Vendredi 29 mai

17h30 – 19h : Une histoire politique du CO2

Nous n’avons curieusement aucune histoire de l’augmentation exponentielle des émissions de CO2. Faute de connaissance précise, les récits spontanés de la crise environnementale se perdent dans des critiques incriminant « la modernité » en général. De quelle histoire s’armer pour penser cette crise dont le changement climatique n’est qu’un des aboutissements ?

 

Jean-Baptiste Fressoz est historien des sciences, des techniques et de l’environnement, chercheur au CNRS (Centre Alexandre Koyré). Ses travaux portent sur les racines historiques de la crise environnementale contemporaine. Il est l’auteur de L’Apocalypse joyeuse. Une histoire du risque technologique et de L’Événement anthropocène. La terre, l’histoire et nous avec Christophe Bonneuil.

Samedi 30 mai

14h – 15h30 : Dans le secret des roches

Violaine Sautter joue avec les échelles et les espaces-temps. Elle lit dans les pierres les histoires qu’elles encapsulent et les décrypte telles des archives pour mieux nous raconter la formation de notre planète et ses différentes époques.

 

Violaine Sautter est géologue au Muséum national d’histoire naturelle (MNHN), directrice de recherche au CNRS, et co-investigatrice sur le Laser Chemcam embarqué sur Curiosity, le rover actuellement utilisé par la NASA dans son programme d’exploration de la planète Mars. Pendant de nombreuses années, elle a mené des recherches sur les diamants. En 2001, elle a co-organisé l’exposition et co-signé le livre Diamants : au coeur de la Terre, au coeur des étoiles, au coeur du pouvoir. Début 2000, elle a commencé à étudier les météorites martiennes avant de poursuivre ses travaux au sein du programme MSL (Mars Science Laboratory) de la NASA.

16h – 17h30 : Jardins d’anticipation et cinéma de la fin

Du film Atomic Park au Ballard Garden d’Anvers, cinéma d’anticipation et littérature spéculative créent un paysagisme dystopique.

 

Dominique Gonzalez-Foerster est artiste et réalisatrice. Depuis la fin des années 80, elle explore le médium de l’exposition ainsi que le cinéma, l’architecture et la mise en scène. Dominique Gonzalez-Foerster a récemment exposé à la Dia Art Foundation, New York (2009), au Turbine Hall de la Tate Modern, Londres (2008), au MUSAC Museo de Arte Contemporáneo de Castilla y Leon (2008) et au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris (2007). Elle a également participé à Sculpture Projects Münster (2007) et à la Documenta XI, Kassel (2002). Une exposition personnelle est à venir au Museu de Arte Moderna de Rio de Janeiro en juin 2015 et une rétrospective au Centre Pompidou en septembre 2015.

18h – 19h30 : Expériences du déplacement. Changer d’endroit, changer de destin

A partir de leurs expériences thérapeutique et artistique, Tobie Nathan et François Deck cherchent à mettre à jour des protocoles et des stratégies qui déplacent les problèmes et font émerger des dispositifs pratiques pour agir collectivement et négocier avec l’altérité.

 

François Deck enseigne à l’Ecole supérieure d’Art de Grenoble. Artiste consultant (consulter et être consulté) pour l’agence d’urbanisme de Grenoble, la biennale de Paris, la biennale de Rennes, le centre d’artistes autogéré Skol, Montréal, il est coordinateur de l’Ecole Erratique.

 

Tobie Nathan est Professeur émérite de psychologie clinique et pathologique (Université Paris 8). Il est né en Egypte, au Caire, et fait ses études en France. Il a créé la première consultation d’ethnopsychiatrie en France, en 1979, au service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent de l’hôpital Avicenne (Bobigny). Il a fondé en 1993 le Centre Georges Devereux, qui fut son maître, un centre universitaire d’aide psychologique aux familles migrantes.

20h – 21h30 : Multi-naturalismes : Cohabiter dans un monde multiple

L’éthologie, la psychologie et l’anthropologie élargissent la philosophie de l’être vers une pensée des cosmologies et des espèces. La cohabitation dans un multivers est au coeur du perspectivisme et d’une pensée à partir de.

 

Vinciane Despret  est philosophe. Elle enseigne à l’université de Liège et à l’université libre de Bruxelles. Elle a principalement travaillé sur les savoirs à propos des animaux. Elle a été commissaire de l’exposition  Bêtes et Hommes  à la Grande Halle de la Villette en 2007-2008. Ses recherches l’ont également orientée dans le domaine de la psychologie des émotions (Ces émotions qui nous fabriquent. Ethnopsychologie des émotions). Depuis quelques années, elle s’intéresse aux relations que nous entretenons avec les défunts, sujet sur lequel elle publie un ouvrage à l’automne.

 

Eduardo Viveiros de Castro est anthropologue, il enseigne au Museu Nacional (Université fédérale de Rio de Janeiro). Il a principalement travaillé sur l’organisation sociale et la cosmologie des sociétés indigènes d’Amazonie (From the Enemy’s Point of View: Humanity and Divinity in an Amazonian Society , A inconstância da Alma Selvagem , Métaphysiques cannibales). Depuis quelques années, il s’intéresse à la catastrophe écologique planétaire en tant que thème mythique et phénomène historique à la fois. Il a publié, en collaboration avec la philosophe Déborah Danowski, un essai sur ce sujet, L’arrêt de monde.

Dimanche 31 mai

16h30 – 18h : Comment représenter les territoires en lutte

Intervention bilingue (français et anglais)

Bruno Latour invite Jan Zalasiewicz, au cours d’une discussion transdisciplinaire, à revenir sur la simulation et analyser les négociations menées par cette assemblée d’un genre nouveau. La politique et les sciences se répondent ici pour mieux rendre sensibles les enjeux environnementaux et articuler des réponses aux luttes qui se dessinent dans l’Anthropocène.

 

Bruno Latour est depuis 2006 professeur à l’Institut d’études politiques de Paris. En 2007, il devient directeur scientifique et directeur adjoint de Sciences Po. Auteur de nombreux travaux en anthropologie et en philosophie des sciences (La vie de laboratoire, La Science en action, Nous n’avons jamais été modernes, Politiques de la nature), il a également été le commissaire de plusieurs expositions (Iconoclash, Making Things Public). Après avoir fondé le Médialab de Sciences Po, il crée le programme expérimental en arts politiques de Sciences Po (SPEAP). Il a reçu le prix Holberg, en 2013, pour l’ensemble de son oeuvre.

 

Jan Zalasiewicz est enseignant chercheur sur l’Histoire de la Terre à l’Université de Leicester. Il a également été géologue de terrain et paléontologue au Service géologique britannique. Ses recherches s’étendent du monde Paléozoïque, il y a un demi-milliard d’années, à la géologie de nos jours. Il a siégé à la Société Paléontographique et à la Société géologique de Londres, et il est maintenant président du groupe de travail Anthropocène de la Commission internationale de stratigraphie.