Britannicus

Reprise de ce spectacle en 2013-2014

Du 14 septembre au 27 octobre 2012

Britannicus

Britannicus

Salle Transformable

Tous les jours à 20h30 sauf le dimanche à 15h30 et le jeudi 19h30 – Relâche le lundi

Représentation en audio-description le 7/10 à 15h30

Durée : 2h10

Texte Jean Racine

Mise en scène Jean-Louis Martinelli

 

Scénographie Gilles Taschet

Lumière Jean-Marc Skatchko

Costumes Ursula Patzak

Coiffure, maquillage Françoise Chaumayrac

Assistante à la mise en scène Amélie Wendling

 

Avec :

Anne Benoît

Éric Caruso

Alain Fromager

Grégoire Œstermann

Agathe Rouillier

Anne Suarez

Jean-Marie Winling


Production : Théâtre Nanterre-Amandiers

Le texte Britannicus est publié aux éditions Gallimard, collection La Pléiade.

Britannicus, Présentation

Après m’être confronté avec bonheur à deux textes de Racine, Andromaque en 2003 et Bérénice en 2006, je nourrissais le désir de traverser la totalité de son œuvre. J’y reviens donc aujourd’hui, avec l’une de ses pièces les plus politiques : Britannicus. Non pas pour nous chercher dans cette œuvre, nos contemporains désemparés du politique, mais pour scruter ce qui peut fonder l’âme humaine, les désirs de pouvoir de la Rome antique à aujourd’hui et ce dans l’économie de la langue du XVIIe siècle.

 

Si Calme de Lars Norén retrace l’enfance et la naissance d’un auteur, Britannicus nous narre les péripéties qui consacrent la naissance d’un tyran. Impossible de séparer ici politique et sentiments amoureux, chacun se nourrissant de l’autre. Tout rapport est frappé du désir de possession, d’assouvissement de l’ego prêt à envisager toutes les stratégies afin d’arriver à ses fins. Le début de l’intrigue est fort simple : l’empereur Claude a eu un fils, Britannicus, avant d’épouser Agrippine et d’adopter Néron, fils qu’elle a eu d’un précédent mariage.

 

Après avoir empoisonné l’empereur Claude, son troisième mari, Agrippine écarte du pouvoir Britannicus au profit de son fils, Néron. Tous deux sont amoureux de la princesse Junie qui doit faire un choix déchirant : ou bien rester fidèle à Britannicus et provoquer sa mort, ou bien sauvegarder la vie de celui qu’elle aime et sacrifier son amour en cédant à Néron…

 

Jean-Louis Martinelli, mars 2012


Ministère de la culture et de la communication CG 92 50 ans Mairie
LiberationTéléramaTetuRue89France InterFrance3 ParisRATP