Vous êtes ici:
Accueil » Saison 2011-2012 » Chantier-Beckett » En savoir plus

Attention nouveaux horaires : les intégrales de Notre Faust, saison 2, du 29 mars au 1er avril, auront lieu à 19h !

En savoir plus

Le CASH

La Maison de Nanterre s’est ouverte en 1887 pour accueillir les détenus de la prison en ruine de Saint-Denis. Puis, cette Maison s’organisa autour de trois secteurs ; un dépôt, un hospice de vieillards et une infirmerie. C’était un lieu de détention destiné à accueillir des vagabonds, des mendiants et des « malheureux sans-abris » de Paris (La mendicité a été considéré comme un déllit jusqu’en 1975.

 

Par la loi du 13 janvier 1989, la Maison de Nanterre est devenue le Centre d’accueil et de Soins hospitaliers (le CASH) érigé en établissement public à caractère social et sanitaire de la Ville de Paris. Là aussi trois secteurs sont définis ; le secteur sanitaire ; l’Hôpital Max Fourestier; le secteur médico-social, l’EP, le secteur social comprenant diverses structures.

Les relations entre le CASH et le Théâtre des Amandiers sont nées il y a une dizaine d’années. Il s’agissait alors, pour le Théâtre, d’ouvrir aussi ses portes à des vies fragiles et un partenariat fut mis en place dont l’idée forte était la venue des résidents du Cash dans les salles de spectacles des Amandiers puis d’en restituer un travail fait avec eux, fin juin dans la salle du planétarium…

 

Quelques mois plus tard, un financement privé (Carrefour Fondation) permit de développer les actions de ce partenariat, des acteurs, des actrices allèrent jouer ou donner des ateliers ou lire au Cash. Le budget permit même de réaliser un film émouvant de Chad Chenouda sur les résidents à l’intérieur du Cash, là ou s’écoulent les vies.

Jean-Louis Martinelli offrit une semaine de travail de mise en scène au Cash puis, plus tard, intégra à deux de ses spectacle des « comédiens » du Cash. (un rôle de figurant dans Les Sacrifiées de Laurent Gaudet et des rôles dans Les Fiancés de Loches de Georges Feydeau).

 

Ce travail fut également beaucoup aidé, pour un temps, par la Drac.

Il y a deux- trois ans l’ARS (l’agence régionale de la Santé) associé à la Drac fléchit le cours des partenariats dans tous les hôpitaux d’Ile de France. Cette rationalisation fit qu’aujourd’hui, nous ne pouvons plus intervenir dans la partie sociale du Cash mais seulement à l’Hôpital dans la section Psychiatrie.

Cette option permit à deux acteurs, de septembre à décembre 2011, Eric Jacobiack et Maria Fonzino d’y faire un magnifique travail en présence d’infirmière et de psychiatres…