Vous êtes ici:
Accueil » Saison 2010-2011 » Les Chaises

Les Chaises

Texte

Eugène Ionesco

Mise en scène

Luc Bondy

Les Chaises

Les Chaises

Deux vieux, âgés de 94 et 95 ans, vivent isolés dans une maison située sur une île battue par les flots. Pour égayer leur solitude et leur amour désuet, ils remâchent inlassablement les mêmes histoires. Mais le vieil homme, auteur et penseur, détient un message universel qu’il souhaite révéler à l’humanité. Il a réuni pour ce grand jour d’éminentes personnalités du monde entier. Un orateur professionnel aura la charge de traduire ses pensées. Les invités, invisibles pour le spectateur, arrivent tels des fantômes et prennent place sur des chaises qui envahissent peu à peu l’espace jusqu’à le saturer. Le couple se retire et laisse soin à l’orateur d’éclairer l’humanité. Mais, comble de l’ironie, l’orateur est en fait sourd-muet.

 

Comme souvent chez Ionesco, la pièce repose sur une ambivalence déroutante : elle oscille en permanence entre comique et tragique, le rêve et le cauchemar. Le maître du théâtre de l’absurde, pour qui« le comique est tragique et la tragédie de l’homme, dérisoire », voyait cette pièce comme une « farce tragique ».

 

Nous avons eu le plaisir d’accueillir Luc Bondy il y a deux saisons avec La Seconde Surprise de l’amour.

Du 29 septembre au 23 octobre 2010
Avec

Micha Lescot, Dominique Reymond, Roch Leibovici

Décors et lumières

Karl-Ernst Herrmann

Costumes

Eva Dessecker

Conseiller artistique

Botho Strauss

Son et musique

André Serré

Maquillage et coiffure

Cécile Kretschmar

Collaborateur artistique

Geoffrey Layton

Création Vidéo

Thierry Aveline

Construction décors

Ateliers du Théâtre Vidy-Lausanne et du Théâtre Nanterre-Amandiers

Dates

À 21H, sauf le dimanche à 16H

Relâche le lundi

Durée

1h40

Lieu

Transformable

Production : Théâtre Vidy-Lausanne

Co-Production : Equinoxe, scène nationale de Châteauroux / Wiener Festowochen

Coréalisation : Théâtre Nanterre-Amandiers / Festival d’Automne à Paris

Avec le soutien de la Fondation Leenards et l’Adami.