Vous êtes ici:
Accueil » Saison 2009-2010 » Deux voix » En savoir plus

Attention nouveaux horaires : les intégrales de Notre Faust, saison 2, du 29 mars au 1er avril, auront lieu à 19h !

En savoir plus

ZT Hollandia et Pier Paolo Pasolini

Il est curieux de voir l’acharnement que mettent les dirigeants intellectuels et politiques de notre pays à proclamer l’impuissance de l’être humain à modifier la société.

Le cynisme qui, à la fin des années soixante-dix et au début des années quatre-vingts, marquait les attaques du concept de faisabilité de la société était logique : il n’était certes pas superflu de confronter les attentes démesurées avec la réalité. Mais jamais auparavant la société n’a été restructurée aussi vite et aussi profondément que ces vingt dernières années. Il ne s’agit toutefois pas vraiment d’un progrès.

 

Si l’on considère les idéaux de la Révolution française – Liberté, Egalité et Fraternité – comme le nouveau programme de la civilisation occidentale, on peut constater qu’avec la chute du mur, exactement deux cent ans après le début de la Révolution française, un degré raisonnable de liberté a été atteint dans notre partie du monde. Si l’égalité est le pas suivant dans notre société, on peut cependant constater une régression manifeste ces dernières années. Même le fait d’avoir des idéaux dans ce sens est considéré comme une menace pour l’économie. L’écrivain et cinéaste italien Pier Paolo Pasolini (1922-1975) a prévu ce développement et l’a dénoncé dans son oeuvre.

 

Pasolini a vivement critiqué l’envie humaine illimitée d’acheter, de posséder et de consommer. Une envie qui, à son avis, mène à la destruction de la terre et à la négligence des valeurs humaines élémentaires comme l’amour et la liberté. Il a cherché des communautés où l’on apprécie toujours ce qui a de valeur pour l’être humain, et où l’on respecte encore les vérités de la nature, dans le but de les montrer en exemple. Il les a trouvées à la campagne, dans les quartiers populaires de Rome et dans les cultures anciennes de l’Asie et de l’Afrique. Pasolini prévoyait comment l’instinct de consommation rend la haute bourgeoisie de plus en plus riche, puissante et dépravée.

 

Jusqu’à sa mort violente, Pier Paolo Pasolini a dénoncé dans son oeuvre la corruption et la putréfaction du système politico-économique italien lié à la haute bourgeoisie. Il a esquissé le milieu des hauts fonctionnaires, des intellectuels, des PDG et des industriels comme un nœud de vipères enserrant toute la société. Il a montré la dépravation morale de hauts personnages du monde industriel dans les films comme Teorema et Salo, dans son roman inachevé Huile, et dans les pièces de théâtre Porcherie et Récit. A une époque où le capitalisme célèbre sa victoire, Pasolini montre la réalité derrière la « raison » de l’économie libérale.

Deux voix

Deux voix est, après Teorema (1990) et Porcherie (1996), la troisième production d’après Pasolini de la compagnie de théâtre Theatergroep Hollandia. Jeroen Willems interprète quatre personnages de Pasolini : le vice-président de la société pétrolière d’état, un intellectuel appartenant à la direction de cette société, l’agent de liaison avec la mafia et la personne de contact à l’église. Il est facile de les lier à Cor Herkströter, l’ancien président du conseil d’administration de Shell International, qui donne son opinion sur les dilemmes moraux et la responsabilité sociale des STN (grandes société mutlinationale??) contemporaines. Le texte de ce personnage provient des discours et des articles de la main de cet ancien PDG.

 

Pour ZT Hollandia, ce monde prend la forme d’une table en désordre après un dîner. En pleine nuit, les cinq personnages parlent d’eux-mêmes. Jeroen Willems les joue en changeant de chaise à chaque fois. Il se transforme avec aisance de scientifique en PDG, d’une femme en Dieu et en l’incarnation du diable.

 

La première de Deux voix a eu lieu le 11 avril 1997. Ces dernières saisons, la pièce a été jouée notamment dans des théâtres à l’étranger et dans des festivals internationaux. Jeroen Willlems l’a jouée en allemand (Zwei Stimmen) et en anglais (Voices), en Europe de l’Est et de l’Ouest, en Australie et aux Etats-Unis. Au Festival d’Avignon, Jeroen Willems joue pour la première fois la version française de Deux voix.

Deux voix a remporté les prix suivants

  • le prix du Theaterfestival 1997 (Pays-Bas)
  • le prix du public Velinx 1998 pour le meilleur monologue
  • le grand prix Festival Politik Im Freien Theater Stuttgart (Allemagne) 1999
  • le prix Saint-Petersburgs Times 2000
  • trois prix à L’International Theatre Festival Kontakt Torun (Pologne) 2000