Vous êtes ici:
Accueil » Saison 2007-2008 » Le Roi Lear » En savoir plus

En savoir plus

Peintures

Un jour.

Un jour, bientôt peut-être.

Un jour j’arracherai l’ancre qui tient mon navire loin des mers.

Avec la sorte de courage qu’il faut pour être rien et rien que rien, je lâcherai ce qui paraissait m’être indissolublement proche.

Je le trancherai, je le renverserai, je le romprai, je le ferai dégringoler.

D’un coup égorgeant ma misérable pudeur, mes misérables combinaisons et enchaînements de « fil en aiguille ».

Vidé de l’abcès d’être quelqu’un, je boirai à nouveau l’espace nourricier.

À coup de ridicules, de déchéances (qu’est-ce que la déchéance ?), par éclatement, par vide, par une totale dissipation-dérision-purgation, j’expulserai de moi la forme qu’on croyait si bien attachée, composée, coordonnée, assortie à mon entourage et à mes semblables, si dignes, si dignes, mes semblables.

Réduit à une humilité de catastrophe, à un nivellement parfait comme après une intense trouille.

Ramené au-dessous de toute mesure à mon rang réel, au rang infime que je ne sais quelle idéeambition m’avait fait déserté.

Anéanti quant à la hauteur, quant à l’estime.

Perdu en un endroit lointain (ou même pas), sans nom, sans identité.

CLOWN, abattant dans la risée, dans le grotesque, dans l’esclaffement, le sens que contre toute lumière je m’étais fait de mon importance.

Je plongerai.

Sans bourse dans l’infini-esprit sous-jacent ouvert à tous, ouvert moi-même à une nouvelle et incroyable rosée.

A force d’être nul et ras… et risible…

 

Henri Michaux

L’Espace du dedans

Résumé

Le roi Lear décide de léguer son royaume à ses trois filles : Goneril, épouse du Duc d’Albany, Régane, épouse du Duc de Cornouailles, et Cordélia qui a deux prétendants : le Duc de Bourgogne et le roi de France. Il assortit son legs d’une condition : il attribuera les parts en fonction de l’amour que lui témoigneront ses filles dans un discours qu’elles doivent faire sur le champ. Goneril et Régane s’exécutent, mais Cordélia, la plus jeune, ne sait comment répondre. Lear la renie et la déshérite en la maudissant, il redistribue sa part entre ses deux soeurs et bannit Monseigneur de Kent qui a osé prendre sa défense. Cordélia devient l’épouse du roi de France et s’exile avec lui. Lear déclare qu’il ira vivre chaque mois chez l’une de ses filles, accompagné de cent chevaliers. Edmond, fils illégitime du Comte de Gloucester, décide de provoquer la perte de son frère Edgar afin d’hériter de ses biens et de son statut. Il réussit à persuader leur père qu’Edgar a des intentions parricides. Edgar doit s’enfuir et se cacher.

 

Kent le banni décide de rester auprès du roi sous une autre identité, il change son aspect et se remet à son service. C’est chez sa fille aînée que Lear réside en premier, il est accompagné de son Fou, la cohabitation est difficile, Goneril supportant mal d’héberger les cent chevaliers. Lear décide de partir chez son autre fille, Régane, mais celle-ci, avertie par sa soeur ne se trouve plus chez elle pour accueillir son père. Elle est allée prendre conseil auprès du Comte de Gloucester. Tout le monde se retrouve chez celui-ci : Lear, Kent déguisé, Régane, son époux, et Goneril qui les a rejoints. Aucune ne veut des cent chevaliers ; plutôt que d’en rabattre sur son escorte, Lear, avec le Fou et Kent, part errersur la lande. Accablés par l’orage, tous se réfugient dans une cabane où ils rencontrent Edgar, déguisé en pauvre Tom, mendiant son pain et feignant le délire. Le duc de Cornouailles a interdit qu’on leur prête assistance, mais Gloucester désobéit et prend le parti du roi en lui offrant un meilleur abri. Trahi par son fils Edmond, qui voit là une occasion d’hériter plus rapidement encore, Gloucester se fait arracher les yeux par Cornouailles non sans avoir appris la trahison d’Edmond. Gloucester est alors contraint d’errer dans la lande, aveugle, il y rencontre Pauvre Tom qui lui sert de guide sans lui révéler sa véritable identité. Cornouailles meurt blessé par un serviteur qui avait tenté de s’interposer. Cordélia avertie des épreuves endurées par son père a levé une armée qui a débarqué à Douvres.

C’est la guerre entre les troupes françaises, emmenées par Cordélia, et les troupes réunies de Goneril et de Régane, emmenées par Edmond et le duc d’Albany. Cordélia et son père sont faits prisonniers, les troupes françaises sont vaincues. Edmond ordonne en secret qu’on pende Cordélia. Edgar a cependant intercepté une lettre prouvant l’amour de Goneril pour Edmond, or celui-ci est également convoité par Régane qui est veuve. Edgar, se présentant masqué, défie Edmond en combat singulier. Goneril empoisonne Régane et se donne la mort. Edgar a l’avantage mais avant d’achever Edmond il fait le récit de la mort de leur père, le Comte de Gloucester dont le coeur s’est brisé lorsqu’il reconnut enfin son fils. Edmond bouleversé par le récit tente de faire annuler l’ordre de pendre Cordélia, en vain, puis meurt. Lear libéré, revient portant le cadavre de Cordélia dans ses bras. Il meurt à son tour. Edgar, Kent et Albany sont les seuls survivants.

Tournée en France

  • Du 8 au 18/11/07 au Théâtre National de Strasbourg
  • Du 28 au 30/11/07 à La Comédie de Clermont-Ferrand, scène nationale
  • Du 4 au 8/12/07 à la Comédie de Béthune, centre dramatique national du Nord-pas-de-Calais
  • Du 12 au 14/12/07 au Carré Saint-Vincent, scène nationale d’Orléans
  • Du 19 au 21/12/07 à Bonlieu, scène nationale d’Annecy
  • Du 9 au 11/01/08 à l’Espace Malraux, scène nationale de Chambéry et de Savoie
  • Du 17 au 19/01/08 au Théâtre des Salins, scène nationale de Martigues
  • Du 23 au 26/01/08 au Théâtre de Nice
  • Du 30/01/08 au 1/02/08, au Volcan, scène nationale du Havre
  • Du 6 au 10/02/08 au TNT – Théatre National de Toulouse – Midi-Pyrénées
  • Du 14 au 16/02/08 à la Comédie de Valence, centre dramatique national Drôme Ardèche
  • Du 27 au 29/02/08 à la Maison de la Culture de Bourges
  • Du 5 au 8/03/08 à La Rose des Vents, scène nationale Lille métropole à Villeneuve d’Ascq
  • Du 19 au 29/03/08 au Théâtre National de Bretagne à Rennes
  • Du 2 au 4/04/08 à la Coursive, scène nationale de La Rochelle